La Chaire de recherche du Canada en economie sociale, au cœur d’un rEseau national et international

Créée en octobre 2003, la Chaire de recherche du Canada en économie sociale s’inscrit dans un domaine d’excellence de l’Université du Québec à Montréal, celui des innovations sociales et de l’économie sociale. La Chaire est ainsi reliée à une masse critique de chercheurs – de l’UQÀM mais aussi de plusieurs autres universités québécoises et canadiennes – dont la majorité sont associés au Centre de recherche sur les innovations sociales (CRISES) ou à l’Alliance de recherche universités communautés en économie sociale (ARUC-ÉS). La Chaire est membre du Consortium sur l’innovation, les performances et le bien-être dans l’économie du savoir (CIBLES) ainsi qu’aux réseaux d’économie sociale créés en septembre 2005 : le Centre Canadien en Économie Sociale, le Réseau québécois de recherche partenariale en économie sociale (RQRP-ÉS) et le Centre régional du Nord de l’Ontario, du Manitoba et de la Saskatchewan. La Chaire est également reliée au Centre interdisciplinaire de recherche et d’information sur les entreprises collectives (CIRIEC Canada), l’une des sections nationales du Centre international de recherche et d’information sur l’économie publique, sociale et coopérative (Ciriec international), qui compte une quinzaine de sections nationales en Europe, en Asie et dans les Amériques. La Chaire de recherche du Canada en économie sociale bénéficie d’une subvention du programme des Chaires du Canada (rang II) et de la Fondation canadienne de l’innovation (FCI).

La Chaire de recherche du Canada en économie sociale analyse le rôle de l'innovation sociale dans les entreprises et les organisations d’économie sociale. L'objectif des travaux de la Chaire est de bien cerner le potentiel et les spécificités de l’économie sociale. Trois axes de recherche sont privilégiés :

L’économie sociale désigne une forme particulière d’organisations que sont les coopératives, les associations (organismes à but non lucratif) et les mutuelles. Celles-ci répondent d’une double mission d’intérêt collectif et d’intérêt général et fonctionnent selon un certain nombre de valeurs, de principes et de règles qui particularisent les processus de décision, les finalités, la répartition des surplus, le sociétariat, le financement, etc. Établissant des passerelles entre le développement économique et le développement social, l’économie sociale cherche à servir la collectivité plutôt qu’à engendrer des profits pour les actionnaires.

L’économie sociale couvre un ensemble d’activités :

  • services aux personnes : habitation communautaire, aide domestique, services funéraires, centres de la petite enfance, etc.
  • services économiques : commerce, informatique, taxi, câblodistribution, services financiers, etc.
  • activités de production et de transformation : agricole, forestière, manufacturière, etc.

L’économie sociale, c’est aussi un ensemble d’organismes de soutien au démarrage et au fonctionnement de ce type d'entreprises :

  • financiers solidaires : fonds de développement, fonds de travailleurs, etc.
  • organismes de soutien au développement : groupes de ressources techniques en habitation, corporations de développement local communautaire, etc.
  • structures de représentation : fédérations, regroupements, tables de concertation, etc.

Marie J. Bouchard, titulaire de la Chaire
Professeure au Département d'organisation et
ressources humaines et membre du Centre de recherche
sur les innovations sociales (CRISES)

Contactez Marie J. Bouchard :
courriel > bouchard.marie@uqam.ca
téléphone > (514) 987-3000 poste: 4474
télécopieur > (514) 987-6913

Télécharger notre brochure : Brochure Chaire